Mon repêchage simulé pour le Canadien de Montréal (2016)

Mon objectif n’était pas de faire un « mock draft ». Je voulais seulement identifier quelques joueurs intéressants pour le canadien, à chacun des tours de sélection. Mais avant, je tiens à faire une mise en garde. Je ne suis pas un expert en repêchage. Et je ne prétends pas l’être. Ça fait déjà quelques années que je fais ce type d’exercice, mais c’est la première fois que je le partage avec un entourage élargi. Je fais ça pour le plaisir, pour partager mes idées et mes réflexions. Parce que j’aime ça, à la base. Et, juste comme ça, en passant, je ne fais pas fait tout ce travail pour recevoir des accolades. Encore moins des tomates…

Aussi, je dois mentionner que je n’ai pas vu jouer la totalité des joueurs qui seront repêchés dans les prochains jours. Mais, j’en ai vu jouer plusieurs, plus qu’une fois (dans différentes compétitions), pour me faire une idée assez précise sur eux. Bon ça ne veut pas dire que mon évaluation est meilleure qu’une autre ou qu’elle ressemble à celle des autres (blogueurs, dépisteurs, experts et « insiders »). Ou qu’elle a la même valeur. Aucune garantie que ce seront les joueurs repêchés par le Canadien. (Ma moyenne est moyenne…)

Pour déterminer quels joueurs pourraient atterrir dans l’organisation montréalaise, en fin de semaine, plusieurs facteurs ont été considérés. Il n’y a pas seulement les points, la position, le coup de patin et/ou la taille à soupeser. Même si ce sont des gros morceaux dans l’évaluation. Je vous donne un exemple. Le canadien a souvent démontré sa propension à choisir des joueurs québécois dans les rondes tardives. Il faut en tenir compte dans l’analyse des choix probables. Autre exemple. Bien que certains parlent de la profondeur de la brigade défensive du Canadien, je ne partage cette vision, particulièrement du côté gauche de la défensive. Par conséquent, il faut en tenir compte dans l’équation. D’ailleurs, je ne serais pas surpris que Bergevin fasse le plein de défenseurs gauchers cette année au repêchage. Il est aussi important de mentionner que si des transactions surviennent, elles pourraient changer les plans de l’organisation une fois à la table de repêchage. Et s’il y a un échange (majeur), « all bets are off ».

Enfin, lorsqu’une équipe choisie, elle a des besoins, c’est évident. Mais le talent a souvent le dessus lors des choix. Sauf qu’il faut prendre en considération que la plupart des espoirs sélectionnés (exceptions pour les exceptions) prennent quelques années à se rendre dans la Ligue Nationale. Donc, une équipe repêche pour le moyen et le long terme (je suis certain que je n’apprends rien à personne ici). Par contre, dans l’exemple du Canadien, les besoins sont à l’aile droite présentement, mais à moyen et long terme, les besoins sont au centre et du côté gauche de la défense. Je ne tomberai pas non plus en bas de ma chaise si le Canadien choisit un gardien dans les dernières rondes du repêchage. Et honnêtement, après les 3-4 premières rondes, c’est difficile de prédire quoi que ce soit. Dans l’ensemble, je suis me fié à quelques experts mais encore là, Timmins a développé des tendances à Montréal qui sont difficiles à ignorer…

Maintenant que la mise au point terminée, passons au sujet qui nous intéresse, le repêchage du Canadien de Montréal. Mon travail est basé sur les différents « mock drafts » que j’ai consultés au cours des dernières semaines. Une petite précision avant de commencer : Les joueurs ne sont pas placés en ordre de préférence à l’intérieur des rondes.

Le but de l’exercice était de cibler des joueurs qui pourraient être susceptibles de combler un besoin à Montréal, autant en attaque qu’en défense. Et, surtout des joueurs qui pourraient être disponibles lorsque le Tricolore prendra la parole dans toutes les rondes (1 à 7), même si le CH n’a pas un droit de parole en 7e ronde. On ne sait jamais. On a déjà vu l’organisation faire un échange pour le dernier choix du repêchage (210e), un gardien finlandais (Simila, en 2009), qui n’a jamais mis les pieds à Montréal… Rien n’est impossible.

La beauté dans tout ça, c’est que je peux rarement sortir gagnant d’un exercice comme celui-là. Mais en plus, je peux être vraiment dans le champ. Pas juste un peu. Royalement. Sauf que… ça valait quand même la peine de se mouiller un peu. Alors voici ma vision du repêchage de 2016 pour le Canadien de Montréal. Vous avez le droit de ne pas être d’accord, Mais pas de m’agresser avec ça…

Ronde 1 (9e rang)

Attaquants = Brown / Keller + Dubois (si échange)

Défenseurs = Sergachev / Bean

 

Ronde 2 (39e & 45e rang)

Attaquants = Bensons / Bastian / Bitten + Laberge (s’il glisse)

Défenseurs = Girard / Hajek / Dineen

 

Ronde 3 (70e rang)

Attaquants = / Filipe / N.Gregor / J.Bratt  / W.Allison / Morrisson

Défenseurs = S.Day / Allard / Hronek

 

Ronde 4 (100e rang)

Attaquants = Borgstrom / Kuznetsov / Kopacka

Défenseurs = Sylvestre / Berglund

 

Ronde 5 (124e rang, de Buffalo)

Attaquants = V.Bobylev / Kuokkanen / N.Stevens / F. Lestan

Défenseurs = K.Jonhson / J.Sambrook / Neveu

 

Ronde 6 (160e rang)

Attaquants = S.Repo / Huber / Fröm

Défenseurs = A. Andersson / Lizotte / T. Reunanen

 

Ronde 7 (190e rang)

Attaquants = T.Soustal / A.Daoust / Askew / N. Noël

Défenseurs = O.Galipeau / S. Aho / Mattinen

 

Finalement, si le Canadien Montréal repêche un gardien, ça devrait être à partir de la 4-5e ronde (à mon avis). Pas avant…

Gardien = J. Woll / E. Cormier / C. Point

 

J’ai hâte de voir combien de fois je vais me tromper… Bon repêchage.

Rule

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *