Le Code Québec – Par Untello

-En 2013, le Canadien de Montréal accaparait à lui seul, plus de 75% de toute l’actualité sportive au Québec.

-L’équipe du Canadien de Montréal compte plus de 2,5 millions de membres sur leurs comptes de médias sociaux…


14:00 cet après-midi je me procurais le livre Le Code Québec.

18:00 j’en ai la moitié de lue.

On commence par les bonnes nouvelles, puis là j’arrive dans le crunchy… Mais on fait état de constats que j’ai fait depuis un temps, à date.

J’ai éclaté de rire en lisant que: Le québécois trouve urgent d’attendre. HAHAHAHA!

Je suis souvent sur les dents quand j’écoute Jean-Marc Léger parce que je trouve qu’il a la critique facile sur le québécois. Je l’ai d’ailleurs déjà apostrophé (sans vulgarité) sur Twitter par ce que j’ai été excédé par un commentaire qu’il avait publié (pas sur les québécois cependant).

Je le dis parce qu’en me procurant ce livre, je me demandais si mon attrait pour notre égo portrait serait plus fort que les hésitations que j’ai à écouter monsieur Léger. (tout de même tous mes respects pour lui et pour sa famille au service du Québec depuis longtemps).

Alorrrrrs, si j’en ai déjà lu la moitié, c’est que je me régale. Les propos et les affirmations sont soutenues par des références proches de nous et certaines datent de 2015, c’est donc dire que l’effort de coller aux réalités d’aujourd’hui est irréprochable.

J’attaque la seconde moitié du livre après le souper, j’ai peur de ce que je vais constater. J’ai surtout peur d’être fâché. Mais pour le moment je suis étonné que ça rejoigne certaines de mes opinions et j’en apprends des bonnes qui m’en font relativiser d’autres à notre sujet.

19:30 J’en suis rendu au 3/4. Le livre : Le Code Québec.

Mes appréhensions quant à la suite de ma lecture étaient non fondées. C’est plutôt un constat optimiste. Je vais me limiter à ça pour le moment.

Le cœur va me sortir de la poitrine tellement on y relate des faits historiques et récents (Rona 2016) qui sont tout à notre honneur.

Bref… Un sapré bel ouvrage, une consolidation identitaire nécessaire, pour moi en tout cas.

21:00 Lecture terminée. Toute une!

————————————————————————————————————————————

L’entrée en matière ici, comme dans le livre qui les contient, est probablement le meilleur hameçon qui pouvait être utilisé pour ancrer le lecteur, dans un sujet plus large. Et ça marche!

Je tiens à vous parler du livre Le Code Québec, pas à en faire une critique. Je suis trop emballé.

Alors cet ouvrage pondu, entre autre, par Jean-Marc Léger et deux autres experts bien branchés sur la réalité québécoise, est un portrait de ce que nous sommes rendus.

Je trouve ça intéressant parce que je suis depuis un moment, un peu à court de repaires identitaires. De plus, par les temps qui courent, je suis sur un projet impliquant des immigrants et nouveaux venus. Mes  collègues viennent aussi pour la plupart de familles immigrantes ou sont des immigrantes et immigrants. Ça ne prend pas de temps, dans ce contexte, que tu en viens à te demander ce que tu répondrais à un groupe assis dans une salle de classe pour apprendre le Québec, et qui te demanderait, explique nous qui vous êtes, qui tu es…

Ce livre est écrit dans un langage clair, les références ne sont pas récentes, elles sont A-C-T-U-E-L-L-E-S. Des tableaux statistiques sont bien regroupés et surtout non-obligatoires pour comprendre le punch!

Ceci dit, ce n’est pas une critique, ce sont des constatations. Je lis depuis bientôt 50 ans je dirais et j’écris aussi depuis un moment. assez pour appeler un chat : un chat!

Sans vouloir jouer les grands prophètes, je pense que ce livre va marquer la petite histoire de la seconde décennie des années 2000.

Les références si on est, le moindrement du monde, devant le poste de télé durant les nouvelles ou  lecteur de journaux on saisie tout et les liens se font instantanément pour aider à la compréhension de ce livre.

L’effort n’est pas modeste, on nous en parle d’ailleurs, le rendu, lui, est lisse. Mais vous allez grincer des dents je vous « A-V-A-R-T-I-S »…

Bon, on flotte dans le marketing, la « business ». Mais ce n’est pas un mal, car les cas relevés sont pertinents à l’objectif visé par l’exercice; décoder le québécois. Les québécois devrais-je dire. Parce que ça a d’l’air qu’il y en ait plusieurs sortes!

Untello parmi tant d’autres!

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *